Kaidan Kai : Dark Night Vol.7 (octobre 2012)

Nakayama Ichirô Dark Night Vol. 7
中山市朗 Dark Night ~Vol.7~
Date : samedi 7 octobre 2012
Horaire : de minuit à 5h
Lieu : Osaka, Namba, Zaza Pocket’s
Soirée organisée par Nakayama Ichirô
Guest : Kitano Makoto
Tarif : 3500 yens
Nom de code : plus on est d’ufo, plus on rit


Pour commencer, je partage avec vous la vidéo qui ouvre chaque « Dark Night » :

Nouvelle soirée mystérieuse à Osaka, toujours au Zaza Pockets à Namba, mais dans une nouvelle salle, deux fois plus grande que la précédente (environ 140 personnes présentes). Cette fois-ci, j’ai réservé les places le premier jour, il y a de cela plusieurs mois. La raison ? La présence de la star Kitano Makoto, un vieux routier du genre, à la fois comédien (humoriste) de télévision, présentateur et depuis un bon moment maintenant spécialiste du surnaturel au Japon (plus spécialement dans le Kansai). C’est sa formidable série de DVD intitulée OMAERA IKUNA qui a fait naitre, chez moi, ce nouveau centre d’intérêt. Allez disons-le même franchement : presque une passion !

Douche froide la veille de la soirée : Kitano Makoto était au centre d’une polémique assez sévère, parce qu’il se serait moqué de Abe Shinzô très récemment. Et ce genre de broutilles peut très vite tourner en eau de boudin, au Japon. On ne se moque donc pas impunément des maux de ventre de Abe Shinzô, ceux-là même qui l’auraient poussé à abandonner la charge de premier ministre en 2007, après tout juste un an à ce poste. Ridicule, certes, comme la vie politique japonaise. Mais visiblement monsieur Shinzô aurait vraiment été malade, donc on ne peut pas en rire. Sous peine d’être blacklisté ? Parce que, voyez-vous, les gens qui ont les mêmes maux de ventre ne vont pas être contents (et ils l’ont fait savoir à Kitano). Bref, ne cherchez pas plus loin la déliquescence de la télévision japonaise (voire de son cinéma dans une moindre mesure) : on ne peut plus rire de rien, depuis que le politiquement correct y a imposé une triste dictature dorée.

Fin de la parenthèse politico-prise-de-tête-pour-rien-du-tout, et retour sur le Kaidan Kai du jour (ou plutôt de la nuit !), puisque Kitano Makoto est bien venu sur scène aux cotés de son ami et vieux collègue (ils ont le même âge) Nakayama Ichirô – qu’on ne présente plus : écrivain à succès et célèbre fossoyeur d’histoires étranges en tous genres.

Cette soirée fut en fait un peu spéciale, puisque ses quatre premières heures (sur les cinq) ont été dédiées à l’histoire Yama no bokujou (山 の 牧場). L’une des anecdotes les plus célèbres de Nakayama Ichirô. C’est lui qui, il y a trente ans, a en effet découvert ce bâtiment dans une montagne près de Kobe. Pour le trentième anniversaire de cet évènement, Nakayama Ichirô et Kitano Makoto (qui est lui-même allé plusieurs fois là-bas : voir ici) reviennent donc sur cette aventure au-delà du réel pour nous faire partager leur sentiment sur la chose. En gros il s’agit d’un complexe abandonné, dans lequel on élevait visiblement des vaches. La présence d’Ofuda (papiers censés protéger des bâtisses contre les mauvais esprits) laisse penser qu’on y abattait aussi les animaux. Pas mal de points demeurent extrêmement obscures : on n’a jamais retrouvé personne ayant travaillé sur les lieux, quelques bâtiments possèdent un premier étage, des bureaux, mais pas d’escaliers pour y accéder, lors des premières visites sur les lieux (qui remontent à plusieurs dizaines d’années) il n’y avait pas de toilettes ni de bains (ça a été construit sur le tard)…et puis donc tout d’un coup des éleveurs auraient envahi l’endroit, pour disparaître corps et âmes quelques années plus tard. Je vous passe les détails, mais de nombreuses anecdotes font références à des ovnis, à des odeurs de bêtes sauvages sorties de nulle part et à des enquêtes infructueuses.

Je connaissais déjà cette histoire sur le bout des doigts (ou presque), pour l’avoir suivie notamment grâce à plusieurs DVD de Kitano Makoto. Nakayama Ichirô y ira quand même de son petit coup de théâtre, puisque l’an passé (lors de l’enregistrement du dernier reportage en date), il a mis la main sur un album photos des éleveurs (portés disparus – mais que fait Chuck Norris ?). Il nous a bien évidemment fait partager sa découverte sur scène. Mon sentiment au sujet de cette histoire que je connais bien, maintenant ? Je pense qu’il s’agissait d’une communauté un peu bizarre, peut-être une secte, qui aurait pu apparaître et disparaître du jour au lendemain…

Ce Kaidan Kai n’est donc pas un vrai « Kaidan Kai » (c’était plutôt parfois un « UFO Kai »). L’histoire de ce bâtiment (extrêmement longue et fournie) ne fait pas peur, mais suscite de nombreuses interrogations. Quatre heures sur le sujet est certes un peu long, mais avec Nakayama Ichirô et Kitano Makoto, ça passe bien : les deux hommes se connaissent sur le bout des doigts, on sent une grosse complicité entre les deux et, très honnêtement, Kitano est tout simplement génial. Très sérieux sur certains sujets, il n’hésite pas non plus à déraper et c’est souvent hilarant.

La dernière heure fut, à ce titre, particulièrement passionnante : les deux compères sont passés à autre chose et nous ont confié des anecdotes sur divers sujets « surnaturels », puis ont rebondi chacun sur les propos de l’autre. Un exercice de style périlleux et parfaitement réalisé : les deux hommes ont quand même tenu seuls pendant cinq heures sur scène. Ce qui a d’ailleurs fait dire à Kitano que la prochaine fois il viendrait avec des couches, tant il avait du mal à se retenir jusqu’aux entractes ! Bref, ce fut une grande soirée : Ichirô et Kitano sont à la fois amusants et passionnants, et puis ils n’en font pas des tonnes lorsqu’ils content une histoire – genre la voix qui tremblote j’en passe et des meilleures…

________________________________________________

Cadeaux bonus :

1/ En fin de soirée (ou début de matinée ?), Kitano Makoto a senti une présence étrange dans son dos, il a également entendu quelques bruits…comme quelqu’un qui frappait le sol. Cette présence a été corroborée par plusieurs personnes dans l’assistance. Kitano nous a alors invités à prendre des photos de l’estrade pour voir s’il était possible de capturer une ombre, une éventuelle manifestation de cette présence supposée. On y croit ou pas. Moi pas en l’occurrence. Mais ça fait son effet, c’est indéniable. Les photos ont été prises par ma femme (cliquez pour agrandir) :

2/ Plein de photos du 山 の 牧場 sur ce blog (la bannière du blog en question ne concerne pas notre sujet).

Publicités

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Curiosité, Horreur, Osaka, Spectacles / Attractions, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s